Pour recevoir par mail, chaque semaine, toute l’actualité uzerchoise :

Grippe aviaire, le retour…

A la suite de la récente découverte de foyers d’influenza aviaire H5N8 en Europe, puis de 3 cas en France, le ministre de l’Agriculture a décidé de relever le niveau de risque vis-à-vis de la maladie au niveau "élevé". La survenue de ces cas n’est pas surprenante à ce moment de l’année qui est la pleine période de migration d’hiver des oiseaux sauvages.
 
Les analyses du virus indiquent qu’il n’a pas à ce jour, de caractère contagieux à l’homme. Aussi, les consommateurs de foie gras pour Noël en particulier, et les consommateurs de volailles en général, peuvent être rassurés sur l’absence de risque influenza par voie alimentaire.
Néanmoins, ce virus est hautement pathogène pour les volailles, source dans certains cas de fortes et rapides mortalités chez les oiseaux. Aussi, en vue de prévenir sa diffusion des mesures sanitaires complémentaires sont prévues. Elles complètent celles déjà applicables et rappelées à l’occasion de la récente crise sanitaire à influenza H5N1.
Concernant les éleveurs professionnels déclarés auprès des services de l’État, ceux-ci sont en cours d’information des mesures qu’ils ont à mettre en œuvre, via leurs représentants ou les organisations professionnelles, notamment. Des dérogations à certaines mesures imposées pourront être formulées auprès de la DDCSPP, motivées pour des raisons de conduite d’élevage, de bien-être animal ou de « label », après une visite vétérinaire dans l’élevage.
Concernant les détenteurs particuliers de volailles et autres oiseaux captifs, décrits ci-après sous le vocable « détenteurs de basses-cours », outre les mesures classiques de recensement et de sensibilisation aux règles d’hygiène, il est demandé un confinement des oiseaux de basse-cour en bâtiments fermés et/ou couverts à l’aide de filets empêchant le contact des oiseaux sauvages avec animaux des basses-cours) il est à noter qu’il n’y a pas de dérogation prévue à cette protection par confinement hors élevages professionnels.
Les citoyens concernés sont donc appelés à déclarer en mairie la détention de leurs volailles, ainsi qu'à déclarer toute mortalité anormale, chute de ponte, baisse de consommation d'eau ou d'aliments immédiatement à un vétérinaire et à la DDCSPP.
Enfin, concernant la chasse, le lâcher de gibier à plumes est interdit sur tout le territoire national. Des dérogations au lâcher de faisans et perdrix peuvent être cependant être autorisées sous certaines conditions par les services vétérinaires de la DDCSPP, tout comme l'utilisation des appelants.
Le succès de cette entreprise collective dépend de l’implication de chacun. Il est donc primordial que tous les citoyens concernés appliquent ces mesures de protection, sans exception.
 
Les services vétérinaires de la DDCSPP se tiennent à disposition pour tout complément d'information (Courriel : ddcspp-spae@correze.gouv.fr — Tél. : 05 87 01 90 42).

Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook