Pour recevoir par mail, chaque semaine, toute l’actualité uzerchoise :

Uzerche, ou quand signalétique rime avec poésie

Agnès Calu, Etienne Ferlet et Camille Texier, étudiants de l’antenne marseillaise de l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, travaillent actuellement sur une réflexion portant sur la signalétique et l’accompagnement des touristes à Uzerche. Troisième groupe d’étudiants à cogiter sur le territoire uzerchois, ils devront rendre leur copie définitive d’ici la fin de l’année scolaire.

Agnès, Etienne et Camille, étudiants à l'NSPV
Depuis plusieurs mois, ces trois jeunes à la main verte et à l’œil nouveau, arpentent les rues uzerchoises et les moindres sentiers de randonnées de La Perle avec le sens critique que leur mission impose : l’objectif de l’Atelier Pédagogique Régional (APR) auquel ils participent est de repenser l’accueil des touristes de passage, et d’offrir aux uzerchois une nouvelle vision de leur territoire. Mais avec les outils acquis durant leurs années d’études dans cette prestigieuse école, le sens de la poésie qui les anime, et la culture personnelle qui les caractérise, leur réflexion va bien au-delà des traditionnels panneaux ou fléchages vus de-ci, de-là. C’est lors de la présentation de la première étape de leur travail aux élus uzerchois qu’ils ont exposé le fruit de leur réflexion. Ils n’hésitent pas par leur approche à chambouler les habitudes, à prendre leur auditoire à contre courant. Et force est de constater que le public, surpris dans un premier temps, a été très fortement séduit par cette approche résolument nouvelle. Agnès, Etienne et Camille dérangent les habitudes, bousculent les idées, mais avant toutes choses, font avancer le débat et enrichissent considérablement leurs auditeurs : « Nous désirons élargir le champ de la signalétique, en vue de proposer une approche complémentaire aux systèmes indicatifs classiques. Aujourd’hui plus que jamais, le piéton, l’automobiliste et le cycliste désirent de l’information pour se sentir appartenir au monde […]. Nous souhaitons ainsi prendre le contre-pied de cette habitude : il est temps d’illustrer, d’évoquer, de signifier les énergies naturelles à l’œuvre devant nos yeux, révélant ainsi la vision intime de chacun. Pourquoi pas par une signalétique ouvrant au visiteur du site les portes de l’imaginaire ? ». Pour porter leurs allocutaires dans ce monde de l’imaginaire, les trois étudiants ont commencé par un état des lieux, prémices plus terre à terre, indispensable à ces jeunes ignorants tout de la cité limousine, pour s’imprégner de l’ambiance uzerchoise. Puis ils ont focalisé leur approche jusqu’aux moindres détails des méandres de la cité, des ruelles et impasses, allant chercher ce qu’ils qualifient d’ « indices », ces petits événements qui annoncent ou qui mettent sur la trace de quelque chose : « L’indice est pour nous le fragment d’une atmosphère, un objet, élément beau et/ou qui révèle la beauté du lieu ». Souhaitant s’éloigner des traditionnels « indices » que sont les repères des chemins de Grandes Randonnées ou les habituelles pancartes indicatives, ils se tournent plus volontiers vers les travaux de leurs illustres pairs que sont Herman de Vries ou Giuseppe Penone. L’objectif étant d’intriguer, de happer le promeneur en l’invitant à creuser davantage sa visite de la ville, à s’interroger : créer la surprise, le toucher en le poussant à la réflexion.
Si l’objet de cette étude n’est pas encore achevé, les élus uzerchois, séduits par la présentation et la vision poétique des étudiants, ont d’ors et déjà l’intention de s’appuyer sur leur travail pour proposer un autre regard sur la richesse territoriale d’Uzerche. La présentation définitive en présence de Gilles Clément, célèbre paysagiste auteur de nombreux écrits sur le sujet et professeur des étudiants, aura lieu d’ici la fin du mois de mars. La concrétisation de cette réflexion devrait suivre…

Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook