Après le Treipais, "La Perle du Limousin"

Le Treipais, spécialité pâtissière véhiculant le savoir-faire du syndicat des artisans pâtissiers du Limousin est aujourd'hui considéré comme une valeur sûre en guise de clôture des repas de fête de la région. Bien que très apprécié par les amateurs de bonne chère, un renouveau est attendu : et il se nomme "La perle du Limousin".
Y avait'il meilleur endroit pour officialiser le lancement de ce nouveau gâteau baptisé La perle du Limousin, qu'Uzerche ? Certainement pas. Et les Artisans pâtissier du Limousin ne s'y sont pas trompés : c'est donc en compagnie de Sophie Dessus, Maire d'Uzerche et Députée de la Corrèze qu'ils ont présenté à un parterre de journalistes et de curieux gastronomes leur nouvelle spécialité pâtissière. Et c'est pour remercier la plus haute magistrate de la ville qu'il a été nommé de la sorte : emballée par l'idée que la pâtisserie limousine se renouvelle et trouve régulièrement un nouvel élan, une vraie dynamique au travers du syndicat, Sophie Dessus a immédiatement adhéré au projet et s'est impliquée jusqu'à participer aux dégustations intermédiaires d'élaboration de la recette. Gourmande Madame la Députée ? Toujours est-il qu'elle n'a pas caché son plaisir samedi en dégustant "La Perle du Limousin", en compagnie de Christian Charbonnel, Président du syndicat et des membres de son équipe, fédérés autour de ce projet commun. Leur objectif initial était d'inventer un gâteau léger et frais, utilisant les produits du terroir et qui donnerait une image innovante du métier : le résultat est donc un entremet composé d’un biscuit à la pomme avec une compotée de griotte et une mousse au fromage blanc.
La Perle du Limousin à l'assemblée
Par ailleurs, le 14 mai dernier, à l’hôtel de Lassay, les artisans pâtissiers du Limousin, accueillis par Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, et Sophie Dessus, ont présenté et fait déguster ce nouveau gâteau aux députés. Ce fut l’occasion de rappeler les valeurs essentielles de l’artisanat et les fondamentaux des métiers, en soulignant les efforts en matière d’emplois, de formation et d’accueil des jeunes dans les entreprises.
C'est à l’issue de cet évènement, et en remerciement de la démarche entreprise par Sophie Dessus qu' il a été décidé de dénommer ce gâteau « Perle du Limousin ». Il se murmure par ailleurs que le Président de la République en personne, ayant eu vent de cette nouveauté issue de ses terres, a demandé à ce qu'il honore la table de l'Élysée…
Mais si en parler c'est bien, le déguster c'est mieux (et l'auteur de cet article sait de quoi il parle !) : rendez-vous donc dans l'une des pâtisseries adhérentes du syndicat, seuls endroits autorisés à confectionner et vendre cette gourmandise gustative.

Établissements membres du Syndicat des artisans pâtissiers du Limousin :
BERGEON Paulette à Ussel
CHARBONNEL Christian à Seilhac
CHEVREUX Jean Paul à Objat
ERNST Laurent à Brive
GIRARD Guillaume à Argentat
LECUYER Eric à Meyssac
MALVIEL Eric à Meymac
PARRAIN Benoit à Ussel
POUGET Bertrand à Tulle
ROCHAIS Claude à Tulle
SENAUD Jean Jacques à Saint Privat


Christelle Coursat (à gauche), Conseillère régionale et Sophie Dessus (à droite), Maire d'Uzerche, Députée de la Corrèze aux côtés des membres du Syndicat des pâtissiers du Limousin, dont Christian Charbonnel leur président (au centre), devant l'Hôtel de Ville d'Uzerche.

Chantier de réinsertion à la Papeterie d'Uzerche

Le chantier de réhabilitation de l'ancienne papeterie uzerchoise en écoquartier fait l'objet d'un important projet de réinsertion : la proximité du centre de détention de la ville a en effet amené les élus locaux à se poser la question de la réinsertion des détenus en fin de peine.
Souhaitant faire d'une pierre deux coups, la ville a donc monté en collaboration avec les services pénitentiaires, un projet de réinsertion des détenus par le travail. C'est dans cet esprit que certains lots de travaux ont été réservés aux associations d'insertion du territoire, et sur lesquels l'association Inserxo 19 s'est positionnée.
Cette association se voit donc, par le biais de ces consultations, confier certains travaux à 8 détenus en fin de peine répondant à de stricts critères de sélection définis par l'administration pénitentiaire, les détenus sélectionnés pour le chantier étant remplacés au fur et à mesure de leurs sorties de prison. L'objectif de cette immersion professionnelle est bien évidemment de former ce public qui, dans les mois suivants, à la fin de son incarcération, devra exercer une activité professionnelle, afin d'éviter les risques de marginalisation et par extension, de récidive. Stéphane*, détenu oeuvrant sur le site précise également que "c'est pour [lui] l'occasion de [se] réinsérer familialement : j'ai grâce à ce projet l'occasion de montrer à ma famille, qui n'a plus confiance en moi, que je suis capable de faire quelque chose de bien, de concret. D'avoir une vie sociale et professionnelle". Il espère ainsi, une fois sa dette à la société payée, repartir du bon pied et entrer dans le droit chemin.

Des entreprises qui jouent le jeu
Si, au premier abord, les entreprises intervenant sur le site de la Papeterie étaient un peu frileuses, soucieuses de l'impact que pouvait avoir la proximité d'une personne extérieure à l'entreprise sur le travail d'équipe et son efficacité, tous ont accepté de jouer le jeu : et force est de constater que le pari est réussi, car aujourd'hui, lors des visites de chantier, personne n'est en mesure de distinguer les ouvriers salariés des détenus. Ces derniers ont ainsi l'occasion de s'essayer à différents métiers du bâtiment, et d'acquérir une expérience qu'ils pourront valoriser lors de leur sortie auprès d'éventuels employeurs, encadrés et formés sur le site par l'association Inserxo 19.
C'est pour avoir une vision de ce qu'il se passe sur le terrain que Jean-Pierre Laffite, Procureur de la République de Corrèze et Odile Fourche, Directrice du SPIP, se sont déplacés ce lundi accompagné d'Anne Lavaud, Directrice du Centre de Détention d'Uzerche. Ils ont ensemble visité ce chantier pilote de réinsertion, et rencontrés quelques-uns des huit détenus qui manient la truelle et le marteau le jour avant de retourner, chaque soir, derrière les barreaux en attendant leur libération définitive. Ils étaient guidés par Sophie Dessus, Maire d'Uzerche et Députée de la Corrèze, ainsi qu'Emmanuel Berthelin et Betty Dessine encadrants des détenus pour Inserxo 19.
À l'issue de la visite, Jean-Pierre Laffite a fait part de sa satisfaction quant à ce type d'action, permettant une baisse effective de la récidive : depuis le début du chantier, ce sont près de 70% des détenus ayant participé à l'expérience qui ont trouvé un emploi ou une formation à leur sortie. Et aucun des détenus formés n'est retourné derrière les barreaux…

*les prénoms ont été changés.

Piscine municipale d'Uzerche : ouverture le 20 juillet, après 9 mois de travaux

La piscine municipale, construite en 1978, présentait des équipements de filtration et de traitement de l’eau ne répondant plus aux normes actuelles bien que fonctionnant de manière satisfaisante. Suite aux préconisations de l’Agence Régionale de Santé, la municipalité décide en 2010 de confier à un bureau d’étude spécialisé une étude pour la mise en conformité de ces équipements.
La réfection des carrelages vieillissants rendue nécessaire par la mise aux normes est réalisée en maîtrise d’œuvre interne. Elle comprend le remplacement du carrelage des plages, du petit bassin et de la pataugeoire en totalité ainsi que la reprise partielle de celui du grand bassin, la mise en accessibilité des pédiluves ainsi que la mise aux normes de l’évacuation des eaux pluviales.
L’étude a par ailleurs démontré la nécessité de restructurer complètement le local technique notamment par la création d’un bac tampon de 60m3, l’ajout de 2 filtres à sables (3 filtres existants remis en état et conservés), le remplacement des 3 pompes et des 3 réchauffeurs, la reprise complète des canalisations et du réseau électrique.
De plus, le système d’aspiration et de refoulement des eaux des bassins (reprise des goulottes, des bondes de fond et pose de conduite de refoulement) a été entièrement restructuré afin d’assurer un renouvellement de l’eau par débordement et un refoulement permettant une meilleure homogénéité de traitement.
Les intempéries retardent l'ouverture
Les travaux ont débuté en octobre 2012 et devaient s’achever au 15 juin 2013. Mais malgré les efforts des entreprises, le retard dû aux intempéries exceptionnelles s’est accumulé : tout d’abord à cause de la neige et du gel, puis de la pluie empêchant notamment les travaux extérieurs spécifiques tels que le collage des canalisations PVC pression, le collage des carrelages demandant un assèchement des supports et des températures adéquates.
La date d’ouverture initialement prévue le 15 juin a donc été reportée au 20 juillet 2013.

Au vu des conditions climatiques et du retard d’exécution en découlant, le maximum a été fait afin que puissent ouvrir les grand et petit bassins le plus rapidement possible. Toutefois, les travaux sur la pataugeoire ne seront pas achevés à la date du 20 juillet et continueront pendant la période estivale d’utilisation de la piscine : la pataugeoire risque donc de rester fermée durant tout l'été.

Les travaux en deux mots
  • Mise aux normes de la filtration et du traitement et réfection carrelages plages et bassins.
  • Montant HT maîtrise d’œuvre : 21 000,00€
  • Montant total HT des travaux : 615 437,45€ - dont 180 907,40€ de carrelage plage et bassins
  • Subventions : Conseil Général 45%
  • Études de février 2011 à juin 2012
  • Début des travaux : octobre 2012
- Démolition - gros œuvre : ent. MARTINIE, St Priest de Gimel
- Étanchéité - Carrelage : ent. VINET, Poitiers
- Traitement - Filtration : ent. Miane & Vinatier, Brive

Ce que le jour doit à la nuit

Samedi 6 juillet à 21h, la compagnie Hervé Koubi présentera son nouveau spectacle « Ce que le jour doit à la nuit », dans la halle Huguenot de la Papeterie. 
  
 « Ce que le jour doit à la nuit » tire son nom du roman de Yasmina Khadra sans pour autant en être une adaptation. Hervé Koubi préfère parler de “coïncidences”. Le héros du livre se prénomme Younes et lui de son autre prénom Youssef, comme lui il est diplômé en pharmacie. Le chorégraphe né en France y a ressenti l’écho de son origine algérienne. « J’avais l’impression de lire les dires de mon père ou de mon grand-père, avec les mêmes mots », « Il y a des années dont on ne parle pas dans les familles-, de ces non-dits lourds de sens, le poids des malaises et des souffrances accumulés. Les fiertés aussi. Un visible invisible ». Ce nouveau spectacle est l’histoire d’un déraciné, tiraillé entre deux cultures. En effet, ce n’est qu’à l’âge de 25 ans qu’Hervé Koubi découvre ses origines algériennes. Il se rend alors dans ce pays à la rencontre de ses origines, et va à la rencontre des danseurs de rue, formant ainsi sa troupe de 12 danseurs « hip-hop » (11 algériens et 1 burkinabé), avec qui il crée « El Din », puis « Ce que le jour doit à la nuit ». 

Billetterie :
Mairie d'Uzerche
9h-12h / 13h - 17h30
8 € - 5 €
Places non numérotées 

Renseignements
05 55 73 17 00
uzerche@uzerche.fr

Uzerche ne les oublie pas


La banderole sera mise en place samedi
Ce samedi, la Ville d'Uzerche affiche son soutien aux otages français d'Aqmi au Sahel. À l'occasion du spectacle de danse de la Compagnie Hervé Koubi, à la Papeterie, Sophie Dessus, Maire de la ville et Députée de la Corrèze dévoilera une banderole pour rappeler Daniel Larribe, Thierry Dol, Marc Ferret et Pierre Legrand à la mémoire de tous les Uzerchois.
Restées jusqu'ici relativement discrètes, à la demande des pouvoirs publics afin de ne pas perturber d'éventuelles négociations en cours, les familles des otages enlevés au Niger il y a plus de deux ans et demi passent aujourd'hui à l'offensive : à l'image de ce qui s'est fait ces dernières semaines dans de nombreuses villes telles que Nantes, St Céré, Figeac, Marseille... les familles des otages seront donc présentes à Uzerche le samedi 6 juillet à 20h30 à la Papeterie pour la cérémonie de mise en place d'une banderole dédiée à la mémoire des otages : depuis plus de 1000 jours, Daniel, Thierry, Marc et Pierre vivent dans la solitude, le dénuement et l'angoisse.

Proposée suite à une initiative du Comité de soutien Otages du Niger Lot, l'idée de la mise en place d'une banderole qui marque le refus de l'oubli et de l'indifférence a été immédiatement adoptée par les élus locaux : Sophie Dessus, Maire de la ville et Députée de la Corrèze a en effet souhaité qu'elle soit positionnée à la Papeterie, "haut lieu des festivités uzerchoises, où sera amené à passer tout l'été un public nombreux et de toutes origines géographiques et sociales", précise l'élue.

Cérémonie ouverte au public : samedi 6 juillet - 20h30

Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook