Uzerche, terre d’accueil temporaire

Depuis plusieurs mois, la Ville d’Uzerche accueille quelques réfugiés issus de la jungle de Calais, après avoir fui la guerre et les persécutions.
Lors de leur arrivée en janvier dernier, ils étaient au nombre de 9, dont un bébé de quelques mois seulement. Dans l’urgence, ils sont alors logés dans le Moulin de la Minoterie qui les accueillera jusqu’à début mars. Avec une farouche volonté de s’intégrer et de s’adapter à la vie occidentale, ils suivent tous avec une grande assiduité les cours de français dispensés par une douzaine de bénévoles. Et les progrès sont immédiats : en quelques semaines seulement les résultats sont là, les conversations s’étoffent… Gagnant en autonomie, ces 9 migrants participent très vite à la vie de la cité, au même titre que n’importe quel autre citoyen ; commerces, sport, vie associative et culturelle sont leur quotidien.

Depuis début mars, 3 d’entre eux, Faisal, Javed et Naqueeb sont hébergés temporairement dans un logement municipal aux Buges qu’ils quitteront lorsqu’ils rejoindront un Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA). Logement qui, par la suite, ne sera pas réaffecté à cet usage, la ville ayant signé un partenariat avec Corrèze Habitat pour assurer l’hébergement de ses migrants.
C’est le cas par exemple pour les 2 jeunes Érythréens, Amir et Ikaelo, arrivés fin juillet, qui sont hébergés en centre ancien dans un logement mis à disposition par le bailleur social. Mais également pour Ahmed (Soudanais) et Habib (Afghan), arrivés fin septembre. Si la ville assure en collaboration avec l’office HLM l’hébergement des migrants, c’est l’association tulliste Le Roc qui orchestre et gère la logistique, les frais engagés étant pris en charge par l’État. En fonction de la complexité de leur situation administrative, les migrants sont amenés à rester à Uzerche de quelques semaines à plusieurs mois. À l’heure de la rédaction de cet article, la ville héberge 7 migrants, chiffre amené à varier en fonction des départs et des arrivées, sur les 9 maximum qu’elle s’est engagée à accueillir.

Si Uzerche s’est portée volontaire pour leur ouvrir ses portes, Jean-Paul Grador, Maire de la ville, précise le contexte : “Ces hommes et femmes qui sont aujourd’hui parfaitement intégrés à la vie de la cité, ne sont que de passage. Il s’agit bien de leur offrir un hébergement temporaire, le temps pour eux de faire les démarches administratives nécessaires à l’obtention du statut de réfugié. Une fois ce statut délivré par l’administration française, ils sont amenés à quitter la ville : c’est ce qu’il s’est passé pour Adam, Réahb et leur petit garçon Ali partis à Tulle, ou encore Seamand, Hawcar et Shao partis à la mi-mars à Avignon dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile.”
Et Jean-Paul Grador de conclure : “On ne peut pas comprendre les réfugiés sans ressentir la guerre. Or, en France, nous ne sommes plus très nombreux à savoir ce que signifie réellement un bombardement, l’exode, la peur, la faim ou le froid. N’oublions pas que ces migrants et le peuple français ont un ennemi commun : Daesh. Uzerche et la Corrèze en général, ont toujours été des terres d’accueil, même aux heures les plus sombres de notre histoire ; et elles doivent le rester”.

Toute personne souhaitant s’impliquer dans l’accueil et l’intégration des migrants uzerchois est invitée à se manifester au 07 70 02 88 19.

 Une douzaine de bénévoles se relaient chaque jour, comme ici avec Mesdames Armand et Chastre, et donnent plusieurs heures de cours de français aux migrants uzerchois.

Vivre Uzerche d'octobre

Le Vivre Uzerche d'octobre est arrivé ! Si la distribution dans les boîtes aux lettres sera effectuée en tout début de semaine prochaine, vous pouvez d'ors et déjà le consulter par ici :




Sensibilisation aux dangers de la route : le Forum de la Prévention routière à Uzerche

C'est à Uzerche, dans le cadre des Rencontres de la Sécurité 2016, que s'est tenu le Forum de la Prévention routière à destination d'élèves de 4e et 3e de collèges de la Corrèze.
Pour cette 4e édition des Rencontres de la Sécurité, à laquelle participent chaque année 300 000 personnes au niveau national, les partenaires de la manifestation ont pris leurs quartiers dans le Halle Huguenot de la Papeterie : sécurité routière, gendarmerie, pompiers, auto-école, assureur, association de don d'organes… étaient présents et ont animé de nombreux ateliers destinés à éveiller la conscience des jeunes conducteurs de demain à la dangerosité de la route.
Jean-Paul Grador, maire d'Uzerche, précise à l'occasion de l'inauguration que "si certains faits sont inévitables, une bonne partie des accidents routiers pourraient être évités par l'application de comportements adaptés : vitesse inadéquate, consommation de stupéfiants ou d'alcool, non-respect des règles de sécurité… ont une grande part de responsabilité dans les drames qui surviennent sur nos routes. Et ce sont justement ces comportements qui sont visés par les ateliers ludiques et concrets proposés". En effet, simulation d'ivresse, simulateurs de conduite, simulateurs 2 roues sont nombreux. Le volet conséquences et répréhension est aussi abordé par la présentation de radars mobiles, de jumelles Eurolaser, d’une moto de la gendarmerie et de la Renault Mégane RS (véhicule rapide pour intervention sur l’autoroute) ou encore les ateliers de massage cardiaque animés par les sapeurs pompiers, et la voiture-tonneau qui ne laissent aucun visiteur indifférents.
Ce sont ainsi 350 collégiens de 4e et 3e des établissements d'Uzerche, Lubersac, Seilhac, et Treignac, qui sont passés sur le site à l'occasion de cette journée spéciale.

350 collégiens ont participé au Forum sécurité routière d'Uzerche.

Guten tag Uzerche !

Jean-Paul Grador, Maire d'Uzerche a accueilli les correspondants Allemands des collégiens d'Uzerche en mairie.C'est un groupe d'une vingtaine de collégiens de la Ralschulle à Mellrichstadt, ainsi que leurs professeurs, qui sont venus en Mairie d'Uzerche à la rencontre du premier édile de la ville pour une présentation détaillée de la ville, de son histoire, et pour une initiation aux règles de citoyenneté française. Les élèves français, correspondants des Allemands, présents également, ont ainsi pu profiter d'une piqure de rappel sur ces points qu'ils maîtrisent déjà bien. À l'issue de la rencontre, Jean-Paul Grador et les collégiens allemands ont échangé les traditionnels cadeaux, signes de la bonne entente franco-germanique.
Ces jeunes étaient présents à Uzerche du 8 au 14 octobre dans le cadre d'un échange linguistique et de comparaison des systèmes scolaires. Hébergés chez des élèves de 5e, 4e et 3e qui suivent des cours d'Allemand avec Christine Escots, professeur au collège Gaucelm Faidit d'Uzerche, ils ont ainsi suivi les cours de leurs homologues Français, mais ont également visité le centre-ville, Limoges, la Base de la Minoterie, participé au forum de la sécurité routière ou encore visité l'atelier de la Poterie du Doustre.

Les collégiens de la Ralschulle à Mellrichstadt sont venus à la rencontre de Jean-Paul Grador.

Attention arnaque !


Il nous est signalé qu'une société démarche actuellement les Uzerchois, et notamment les commerçants, dans le cadre de la vente d'un guide internet, et se présente de la part de la Ville.
La ville d'Uzerche n'a nullement mandaté qui que ce soit en ce sens.
La plus grande prudence est donc de mise, et nous vous encourageons vivement à ne pas donner suite à ce démarchage.
Merci de diffuser le plus largement possible ce message.

Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook