accesportailmediatheque

La nouvelle BD de Xavier Dorison

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’une bande dessinée « Le château des animaux » dont le premier tome vient de sortir (septembre 2019 – Editions Casterman).


Le scénario est de Xavier Dorison, que les amateurs de BD connaissent (« Le troisième testament », « Long John Silver »…), et le dessin de Félix Delep (jeune illustrateur dont c’est la première BD).
L’histoire est inspirée de « La ferme des animaux » de George Orwell (1903 – 1950) qui d’après le préambule écrit par Dorison est : « le roman qui décrit le mieux, au travers d’une fable animalière, la tragédie majeure de son époque : le processus de confiscation des idéaux démocratiques par des dictateurs sanguinaires». Ensuite, toujours dans ce même préambule, Dorison fait référence à des « héros » qu’Orwell n’a pas connu et qui ont marqué leur époque : Gandhi, Nelson Mandela, Lech Walesa...Le scénariste ajoute « aucune de leurs victoires n’a été obtenue par des armes, des appels à la haine, la colère ou la vengeance. Pour leur cause, ces héros étaient prêts à mourir, pas à tuer ». La fable racontée dans cette BD leur rend hommage.

Miss Bengalore, l’héroïne de ce premier tome, est une chatte craintive qui ne cherche qu’à protéger ses deux petits. Elle se soumet donc, comme tous les animaux, à l’autorité de Silvio, taureau dictateur, et à sa milice de chiens, qui les exploite pour le « bien » de la communauté. La vie dans ce château n’est que terreur et peur de mourir à cause d’une faute imaginaire ou plutôt imaginée par le taureau ou les chiens. Ceci aurait pu continuer longtemps mais l’arrivée d’un rat plein de sagesse, Azélar, va faire prendre conscience à Miss Bengalore et à son voisin, un lapin gigolo, que pour sortir de leur prison, il va falloir résister face à l’injustice et faire cesser la peur. Les trois amis vont donc s’allier pour, toutes les nuits, ridiculiser les chiens et ainsi montrer aux autres animaux que résister est possible grâce à la désobéissance et au rire. En effet, « rire, c’est déjà ne plus subir ».

Le rire est ici brandi comme une « arme » face aux maltraitances, une façon de ne pas subir une réalité trop cruelle. Et pour vous, posez-vous la question : quels bienfaits peut vous apporter le rire ?


Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook