accesportailmediatheque

Mais que font les bibliothécaires quand la médiathèque est fermée?

Est-ce qu'elles essaient de nouvelles coiffures en se racontant les derniers potins ? Eh bien non! Même pas! 

 Depuis plusieurs mois, elles ont entrepris la réactualisation du fonds des documentaires; vous savez, ces livres au 1er étage de la médiathèque aussi divers que des livres pratiques  ; exemple , des livres de recette: encore un exemple, des essais: et un dernier exemple... Ces documents doivent être indexés, ce qui veut dire que nous remplissons une sorte de "fiche d'identité" pour chaque documentaire sur notre logiciel : titre, auteur, éditeur,... Nous ajoutons aussi un résumé, mais le plus important est l'insertion de mot-clés, appelés dans le jargon bibliothéconomique "Vedette-matière". Mais pas n'importe quel mot-clé ! Il faut un mot normé sur chaque sujet, et pour ce faire, nous utilisons l'outil préféré des bibliothécaires, le répertoire RAMEAU (Répertoire d'Autorité-Matière Encyclopédique et Alphabétique Unifié) de la BNF (pour les curieux, c'est ici !).
De cette façon, lorsque vous, usager, demanderez un document par exemple sur le jardinage, la bibliothécaire sera à même de chercher sur le logiciel tous les documents susceptibles de vous intéresser (Jardinage)
Alors voila, les bibliothécaires passent chaque document au peigne fin, tel un détective sondant la qualité, l'obsolescence, l'état, le nombre d'emprunts, que sais-je encore... des documentaires. Elles recataloguent, réindexent, mettent en réserve, rachètent, réservent de nouveaux documents à la BDP et les remettent en valeur, en exposition ... Donc, n'hésitez pas à emprunter ces bijoux que sont les livres documentaires, mines d'information sur des sujets très variés!
Donc vous vous rendez bien compte que leurs priorités ne sont pas leur coiffure, mais promis, elles vont envisager un passage chez le coiffeur très bientôt !

Thé-Lecture : un moment agréable !

Vendredi 6 janvier,  et pour la troisième fois, le comi-thé de lecture s'est de nouveau réuni à la médiathèque, galette des reines et thé à volonté...

Les participant(e)s, toujours enthousiastes ont présenté leurs lectures coup de cœur. De quoi donner envie de dévorer de nouveaux livres... Vous manquez d'idées? Alors venez !
Voici les livres présentés:



" Un parfum d'encre et de liberté". Sarah McCOY. Eds Michel Lafon. 2016.

1859. Deux ans avant le début de la guerre de Sécession. Sarah Brown, fille d'un célèbre abolitionniste, se résigne à ne pas avoir d'enfant. " Qui voudrait l'épouser ? " se désole sa mère... Sarah retrouve pourtant goût à la vie en s'engageant avec sa famille dans un groupe de résistants, qui aide les esclaves à fuir leur terrible sort vers le nord de l'Amérique. Grâce à ses talents artistiques, elle retrace et dissimule dans ses dessins les cartes secrètes qui mènent à la liberté. 
2014. Eden et son mari, un couple en manque d'enfant, emménagent dans une ancienne demeure de la petite ville de Charleston en Virginie. Alors qu'Eden vagabonde dans sa maison en compagnie de sa voisine, une fillette énigmatique, elle découvre une tête de poupée soigneusement cachée dans le cellier. Malgré les ravages du temps, elle entrevoit de curieuses lignes sur le visage de porcelaine, dans lequel se trouve une mystérieuse clé... 



"La fièvre de l'aube". Peter GARDOOS. Eds Robert Laffont. 2016


Hongrois, rescapé des camps d'extermination nazis, Miklós est, depuis la fin de la guerre, accueilli en Suède pour soigner sa tuberculose. Dans l'espoir de trouver l'épouse qui lui conviendra, il écrit à cent dix-sept jeunes Hongroises réfugiées en Suède.
Parmi les réponses qu'il reçoit, une seule lui fait battre le coeur : celle de Lili Reich. Elle a dix-huit ans et, comme lui, est rescapée des camps.
De septembre 1945 à février 1946, Miklós et Lili s'écrivent presque quotidiennement. Et de lettre en lettre, tombent amoureux l'un de l'autre.
Dès lors, avec le courage et la force de ceux qui veulent croire au bonheur pour oublier l'horreur, Lili et Miklós vont soulever des montagnes pour se rencontrer.
Cette histoire d'amour est celle des parents de l'auteur : après la mort de son mari, Lili a confié à leur fils, Péter, la liasse des lettres qu'elle avait échangées avec Miklós.



"De nos frères blessés". Joseph ANDRAS. Eds Actes Sud. 2016.


Alger, 1956. Jeune ouvrier communiste anticolonialiste rallié au FLN, Fernand Iveton a déposé dans son usine une bombe qui n'a jamais explosée. Pour cet acte symbolique sans victime, il est exécuté le 11 février 1957, et restera dans l'Histoire comme le seul Européen guillotiné de la guerre d'Algérie. Ce roman brûlant d'admiration, tendu par la nécessité de la justice et cinglant comme une sentence, lui rend hommage.









"Le dernier des nôtres". Adélaïde de CLERMONT-TONNERRE. Eds Grasset.2016


«La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue…» Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d'un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant... Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.










Après-midi de noël

C'est un après-midi bien chargé qui s'est déroulé le samedi 17 décembre à la médiathèque.

 

Dès 14h30, une vingtaine de petits artistes en herbe se sont rassemblés pour créer une suspension pour leur sapin, boule de noël en plastique transparent dans laquelle ils ont inséré des petits personnages divers en pâte fimo. Tous les enfants ont très bien réussi cette activité et ont ainsi pu repartir avec une décoration faite main et dont ils pouvaient être fiers ! 


Ensuite, d'autres enfants, plus petits (ou pas ! ), accompagnés de leurs parents sont venus pour écouter les contes qu'Anne et Muriel, les bibliothécaires avaient sélectionné spécialement pour cette occasion. Grâce au kamishibaï (petit théâtre japonais), les enfants ont pu se plonger dans la maison de la sorcière Pustula, en compagnie de Lucas, le lutin du Père Noël. Puis, l'histoire de l'ours oublié de noël, les a immergé dans un monde d'entraide où tout était fait pour que chaque enfant puisse avoir son cadeau le soir de noël...De belles histoires qui relataient bien l'esprit et la magie de noël !


Enfin, l'après-midi s'est achevé avec le traditionnel goûter de noël : chocolat chaud, papillotes, gâteaux, mandarines...pour le plus grand bonheur de tous !

Les bibs au Loupiot !


Vendredi 9 et samedi 10 décembre, les bibliothécaires de la Ville d'Uzerche participeront au Salon du Livre jeunesse, le Loupiot. Sur le thème "Même pas peur!", le vendredi sera consacré à l'accueil de classes sur le stand de la médiathèque tout au long de la journée pour des ateliers adaptés à chaque âge et chaque niveau.

Le samedi 10 décembre, le salon sera accessible au public ; les bibliothécaires proposeront des ateliers de création d'attrapes-rêve, de réalisation de "boîtes à cauchemars", ou encore, pour les plus petits de création de "monstres du hasard", et du jeu "Au secours", pour parler de ses peurs et les dépasser !

Le Courrier de Bovet à la Médiathèque Simone de Beauvoir : "La correspondance en prison, un lien avec l'extérieur"

C'est dans le cadre des Journées Nationales des Prisons 2016 que la Médiathèque Simone de Beauvoir accueille l'association Le Courrier de Bovet le mercredi 23 novembre. Une occasion de (re)découvrir le travail fourni par ses membres.
Durant tout l'après-midi, l'association tiendra un stand de sensibilisation sur l'intérêt de la correspondance en prison afin, notamment, pour le détenu, de conserver un lien avec l'extérieur. La peine de prison reste encore aujourd'hui pour beaucoup la peine de référence. Nombreux sont les citoyens qui aspirent à des peines de prison "plus sévères", "plus longues". Si cette opinion est largement répandue, alors même que les chiffres démontrent l'inefficacité de l'allongement des peines sur la prévention de la délinquance et de la récidive, c'est que la peine de prison reste abstraite et difficile à appréhender. C'est donc pour informer le grand public et amener une réflexion sur ce thème et la nécessité de garder le contact malgré l'enfermement que l'association le Courrier de Bovet accueillera ceux qui ont la curiosité de venir vers elle, le mercredi 23 novembre de 14h à 18h à la Médiathèque Simone de Beauvoir d'Uzerche.



© Google images

Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook