Pour recevoir par mail, chaque semaine, toute l’actualité uzerchoise :

Nouveaux rythmes scolaires : et si l'on voulait que ça marche ?

Alors que les médias nationaux se sont faits l'écho de problèmes rencontrés avec la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, l'équipe éducative de l'école des Buges d'Uzerche a souhaité faire entendre sa voix.
Dès l'annonce de la création de nouveaux rythmes scolaires par le gouvernement faite, les élus uzerchois ont manifesté leur désir de les mettre en place à la rentrée 2013. Mais souhaitant avoir toutes les chances de leur côté pour la réussite de ce projet capital à leurs yeux, ils ont voulu y associer le plus grand nombre, et surtout y travailler suffisamment en amont afin que les bambins uzerchois n'aient pas à pâtir de problèmes organisationnels incombant aux adultes. Les services de la mairie se sont donc attelés à la tâche plus de 8 mois avant la rentrée pour que tout soit fin prêt le jour "j". De nombreuses réunions de travail ont ainsi été organisées en collaboration avec les professeurs, les directeurs de l'école, les parents d'élèves… mais également en s'appuyant sur le tissu associatif local. Et c'est là que semble résider toute la différence avec nombre de communes qui ont précipité et imposé les choses à des acteurs parfois récalcitrants. À Uzerche, l'accent a bien été mis sur la collaboration des uns et des autres et l'écoute des attentes réciproques. C'est ainsi tout un programme éducatif construit qui a vu le jour, répondant aux inquiétudes légitimes de tout un chacun.

Alors quelques semaines après la rentrée, les enfants sont fatigués, bien sûr. Mais, comme le souligne Laurence Gerbe, la directrice de l'école primaire, "les premières semaines de la rentrée des classes ont de tout temps été synonymes de fatigue pour les enfants. On leur demande beaucoup, à un rythme soutenu. C'est pourquoi il y a quelques années déjà les vacances de la Toussaint sont passées d'une à deux semaines". Rien de nouveau de ce côté-là, donc. Et la responsable de l'établissement de préciser que "l'adoption de nouveaux rythmes de travail par de jeunes enfants ne se fait évidemment pas en 3 semaines : il faut leur laisser le temps de prendre le rythme, de s'adapter. Et si la journée de l'enfant est longue, celle de l'élève a bien été raccourcie…"
La directrice de l'établissement, qui occupe une place primordiale au niveau de la coordination entre les professeurs, les élèves, les associations et l'administration, tient à rappeler que tout était prêt le jour même de la rentrée : des emplois du temps respectant la complémentarité entre les activités périscolaires et scolaires ont été créés pour les 200 élèves d'Uzerche. Si pour les plus jeunes (les 70 élèves de maternelle) l'aménagement du temps de travail consiste surtout en l'observation de temps de repos plus importants ou d'activités calmes, pour les primaires de nombreuses activités ont été mises en place.

Des ateliers variés…
Cette année est naturellement placée sous l'égide du test, de l'observation. Mais pour qu'elle soit la plus objective possible, il était important pour l'équipe en charge de la mise en place des rythmes scolaires de proposer une large palette d'activités périscolaires (APS) aux enfants et qui soient autant que possible complémentaires avec celles du temps scolaire. C'est ainsi que les ateliers de badminton ou de jonglerie n'ont pas lieu les mêmes jours que les cours de sport, par exemple. Pour animer ces ateliers, la municipalité souhaitait s'appuyer sur le tissu associatif local. L'association les Romain Michel, basée à Uzerche et orchestrée par Martin Thérain, a donc pour mission de coordonner 8 intervenants professionnels pour qu'ils mettent en oeuvre de véritables ateliers éducatifs, bien loin de simples plages de récréations supplémentaires. En parallèle, 3 agents municipaux coordonnés par le service scolaire de la ville viennent renforcer cette équipe professionnelle. Car en plus d'alléger le travail quotidien des élèves, ces ateliers sont aussi l'occasion d'offrir à chaque enfant le même accès à des activités culturelles, réduisant ainsi les inégalités sociales. Et Martin Thérain de souligner que "les intervenants sont uzerchois et ont également des enfants pour la plupart. Ils sont donc directement concernés par la réussite de cette aventure. Alors toutes les conditions ont été réunies pour que cela marche… Et ça marche !" Car si les parents ont bien exprimé quelques inquiétudes légitimes en amont de la rentrée, depuis cette dernière, aucune remontée négative n'a été observée par Laurence Gerbe, la Directrice de l'école primaire.
D'ici le mois de juin, les ateliers animés entre autres par Corinne du CRDAP, Nathalie la libraire et tous les autres intervenants, devraient déboucher sur une mise en commun des acquis de ces APS, et pourquoi pas la production d'un spectacle de fin d'année un peu atypique par la croisée des disciplines enseignées : jonglerie, percussions, décoration, théâtre…

… au coût maîtrisé
À ce jour, 70% des écoles du département sont passées aux nouveaux rythmes scolaires et l'intégralité devra l'avoir fait lors de la prochaine rentrée. Et si cela a un coût, de l'ordre de 30.000€ à Uzerche, ce n'est qu'une question de priorités budgétaires. D'autant que l'État alloue une aide de 50€/an et par élève, à laquelle vient s'ajouter une dotation de solidarité rurale de 40€/an et par enfant, pour soutenir les communes qui jouent le jeu. Sophie Dessus, Maire de la ville et Députée de la Corrèze, précise que "pour ce coût raisonnable, les activités périscolaires sont avant tout l'occasion d'offrir aux enfants une ouverture supplémentaire sur le monde avec un pied d'égalité, et d'associer la jeunesse et le monde de la culture. Dans tous les cas, d'offrir un plus aux enfants."

Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook