Le "troisième homme" à Uzerche

Claude Bartolone, Président de l'Assemblée nationale, 3e homme français après le Président de la République et le Président du Sénat était de passage à Uzerche.
À l'occasion d'une visite en Corrèze, Sophie Dessus, Maire d'Uzerche et Députée de la Corrèze a accueilli sur ses terres Claude Bartolone. Le Président de l'Assemblée nationale était en effet curieux de découvrir le projet de réhabilitation de la Papeterie et son chantier de réinsertion. Une occasion aussi pour lui de venir à la rencontre de l'ensemble des maires de la Communauté de communes du Pays d'Uzerche qui étaient réuni pour un "Atelier des territoires". Uzerche, la "petite ville qui monte" continue donc d'attirer les personnalités politiques curieuses de découvrir le dynamisme de cette commune rurale.

La banderole de soutien aux otages enfin retirée

La banderole de soutien aux otages français d’Aqmi au Sahel mise en place au début de l'été, en présence de membres de leurs familles a été remisée.
C'est avec un plaisir non dissimulé que les élus d'Uzerche ont procédé à l'enlèvement de la banderole de soutien aux otages français qui étaient détenus au Sahel, suite à leur libération en octobre dernier. Début juillet, la ville d’Uzerche a affiché son soutien aux otages français d’Aqmi au Sahel sur le site de la Papeterie. À l’occasion du spectacle de danse de la Compagnie Hervé Koubi, Sophie Dessus avait dévoilé une banderole pour rappeler Daniel Larribe, Thierry Dol, Marc Ferret et Pierre Legrand à la mémoire de tous les Uzerchois, en présence de la famille Larribe. Patrick Bloche, Député de la septième circonscription de Paris et Président de la commission culturelle à l’Assemblée nationale, avait également tenu à exprimer son soutien aux otages et à leurs familles, face aux nombreux Uzerchois présents. Par ailleurs, l’artiste Hervé Koubi, d’origine algérienne, qui présentait sa création de danse contemporaine “Ce que le jour doit à la nuit” avait dédié ce spectacle aux otages lors de son allocution d’accueil.
Lors de l'enlèvement de la banderole, Sophie Dessus a rappelé que "7 otages français restent encore détenus à travers le monde. Nous n'oublions pas Serge Lazarevic et Gilberto Rodriguez Leal au Sahel, Francis Collomp au Nigeria, et les quatre journalistes en Syrie, Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torrès qui vivent contre leur gré loin de leurs familles. Et nous soutenons également les familles et les proches de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux journalistes de Radio France internationale (RFI) tués récemment au Mali."

Légende photo : Cyril Maquet, agent des services techniques de la ville, Frédérique Réal, Adjointe, Sophie Dessus, Maire d'Uzerche et Députée de la Corrèze, et Jean-Paul Grador, adjoint : tous étaient très heureux de pouvoir enfin décrocher la banderole de soutien aux otages français d’Aqmi au Sahel.

Uzerche : construction de 10 logements adaptés

Pour faire face au besoin toujours grandissant d'hébergement des personnes âgées et/ou handicapées, la Ville d'Uzerche a porté un projet de construction de 10 logements adaptés sur son territoire, accessibles et adaptés à l’évolution des dépendances éventuelles.
Pour ce projet, baptisé le Vilaret d'Or,la ville s'est appuyée sur les compétences de la société Polygone pour la construction des logements et sur La Mutualité Française pour leur gestion et l'accompagnement personnalisé indispensable dans ce type de projet. Celui-ci s’inscrit dans une démarche de mixité sociale et intergénérationnelle et une volonté de la commune de créer un espace convivial extérieur favorisant la rencontre et le lien social.

Des T2 et T3 aux loyers modérés au regard des prestations
Le projet comporte deux groupes de pavillons individuels accolés : le premier avec 6 logements T2 d'une surface individuelle de 52m2 et le second avec 4 logements T3 de 68m2. Les loyers comprenant les charges et les prestations associées vont de 483€ à 590€ suivant la surface retenue. Par ailleurs, les locataires peuvent, en fonction de leur situation familiale et de leurs revenus, prétendre à l’Aide Personnalisée au Logement (A.P.L.).
Chaque logement est traversant et dispose d’un jardin privatif, d’une terrasse ainsi que d’une place de stationnement. Ils sont par ailleurs totalement accessibles aux personnes à mobilité réduite et répondent aux critères du label Habitat Seniors Services®.
À l'occasion de la mise en location très prochaine, les différents partenaires ont procédé à une visite de chantier et sont revenus sur les étapes qui ont marqué les 6 années nécessaires à la naissance des logements. Pascal Lacombe, Directeur général de la société Polygone, précise "qu'afin d'être labellisés Bâtiment Basse Consommation et Habitat & Environnement, les logements répondent à des critères techniques innovants : ils sont par exemple isolés grâce à de la mousse de polyuréthane projetée (sols et murs) qui supprime les ponts thermiques observés avec les systèmes d'isolation plus traditionnels. Les menuiseries, quant à elles, sont en PVC à double vitrage, les chaudières à gaz sont à condensation et par là même très performantes, car récupérant la chaleur contenue dans les fumées, expliquant ainsi leur très haut rendement. Les systèmes de chauffe-eau retenus sont thermodynamiques, puisant, avant restitution, des calories dans l’air, et offrant ainsi de fortes diminutions de consommation électrique."
Pour le confort des habitants, des planchers chauffants hydrauliques ont été installés, ainsi que des radiateurs sèche serviette d’appoint dans les salles de bains. Des éléments de domotique sont également installés tels que volets roulants électriques, des interrupteurs automatiques de balisage entre la chambre et la salle de bain, ou encore des interrupteurs à voyants permanents. Les salles de bains sont équipées pour les personnes à mobilité réduite (PMR) avec des barres d’appui et de maintien, des w.c. rehaussés et des lavabos adaptés. Ces équipements domotiques et l’abonnement au dispositif de téléassistance sont financés par le Conseil Général et la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA). Une accompagnatrice de vie sociale sera également présente pour répondre aux besoins des résidents 3 demies journées par semaine.

Bien vieillir pour retarder l'entrée en maison de retraite
Marie-Annick Sabourdy, Présidente de la Mutualité Française et Michel Dubech, Directeur Général de la Mutualité Française se sont félicités de la qualité de ce projet qui, à leurs yeux, est la plus belle réussite à ce jour sur ce type d'actions à destination des séniors. Sophie Dessus, Maire d'Uzerche, Députée de la Corrèze, a insisté sur le fait "qu'il est indispensable de voir sortir de terre des projets de ce type, véritables passerelles entre le logement traditionnel et la maison de retraite, qui permettent aux séniors de "bien vieillir", et de retarder ainsi leur entrée en structure spécialisée."
Cette opération d'un coût total de 1.160.000 €TTC a reçu le soutien du Conseil Général de la Corrèze (100.000€), du Conseil Régional du Limousin (63.000€), de la CNSA (16.500€), de Primagaz GPL (4.000€). Pour équilibrer l'opération, la Ville d'Uzerche participe à hauteur de 140.000€. La commune a également mis à disposition les terrains communaux, à proximité des services et des commerces, et offrant de nombreuses possibilités de promenades grâce à son accès direct à l'ancienne voie de chemin de fer du POC, aujourd'hui consacrée à la balade. La mise en service effective interviendra dès le 2 décembre prochain.

Informations complémentaires : POLYGONE SA HLM - 1 avenue Georges Pompidou - 15000 AURILLAC - tel : 04.71.46.24.24 / Fax : 04.71.64.52.44 / www.polygone-sa.fr

Légende photo :
Marie-Annick Sabourdy, Présidente de la Mutualité Française, Pascal Lacombe, Directeur général de la société Polygone, Michel Dubech, Directeur Général de la Mutualité Française et Sophie Dessus, Maire d'Uzerche, Députée de la Corrèze, lors de la visite du chantier des logements adaptés du Vilaret d'Or

Élections municipales de 2014 à Uzerche : bureaux de vote

Les dimanches 23 et 30 mars 2014, des élections municipales sont prévues en France. À cette occasion, les bureaux de vote de la ville ont été transférés : les Uzerchois devront donc aller voter à la Papeterie, dans le Bâtiment Atelier, et non plus à la salle polyvalente.
Par ailleurs, les inscriptions sur les listes se font actuellement en Mairie : les personnes nouvellement arrivées sur Uzerche doivent impérativement s'inscrire avant le 31 décembre. Cette inscription ne concerne pas les jeunes ayant atteint l’âge de 18 ans, qui sont inscrits d’office, à l'exception des jeunes qui n'auraient pas été recensés ou qui l'auraient été trop tardivement, ou de ceux qui auraient déménagé.
Pour toute information complémentaire, prendre contact avec le service État civil de la mairie d'Uzerche, au 05 55 73 17 00.

Nouveaux rythmes scolaires : et si l'on voulait que ça marche ?

Alors que les médias nationaux se sont faits l'écho de problèmes rencontrés avec la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, l'équipe éducative de l'école des Buges d'Uzerche a souhaité faire entendre sa voix.
Dès l'annonce de la création de nouveaux rythmes scolaires par le gouvernement faite, les élus uzerchois ont manifesté leur désir de les mettre en place à la rentrée 2013. Mais souhaitant avoir toutes les chances de leur côté pour la réussite de ce projet capital à leurs yeux, ils ont voulu y associer le plus grand nombre, et surtout y travailler suffisamment en amont afin que les bambins uzerchois n'aient pas à pâtir de problèmes organisationnels incombant aux adultes. Les services de la mairie se sont donc attelés à la tâche plus de 8 mois avant la rentrée pour que tout soit fin prêt le jour "j". De nombreuses réunions de travail ont ainsi été organisées en collaboration avec les professeurs, les directeurs de l'école, les parents d'élèves… mais également en s'appuyant sur le tissu associatif local. Et c'est là que semble résider toute la différence avec nombre de communes qui ont précipité et imposé les choses à des acteurs parfois récalcitrants. À Uzerche, l'accent a bien été mis sur la collaboration des uns et des autres et l'écoute des attentes réciproques. C'est ainsi tout un programme éducatif construit qui a vu le jour, répondant aux inquiétudes légitimes de tout un chacun.

Alors quelques semaines après la rentrée, les enfants sont fatigués, bien sûr. Mais, comme le souligne Laurence Gerbe, la directrice de l'école primaire, "les premières semaines de la rentrée des classes ont de tout temps été synonymes de fatigue pour les enfants. On leur demande beaucoup, à un rythme soutenu. C'est pourquoi il y a quelques années déjà les vacances de la Toussaint sont passées d'une à deux semaines". Rien de nouveau de ce côté-là, donc. Et la responsable de l'établissement de préciser que "l'adoption de nouveaux rythmes de travail par de jeunes enfants ne se fait évidemment pas en 3 semaines : il faut leur laisser le temps de prendre le rythme, de s'adapter. Et si la journée de l'enfant est longue, celle de l'élève a bien été raccourcie…"
La directrice de l'établissement, qui occupe une place primordiale au niveau de la coordination entre les professeurs, les élèves, les associations et l'administration, tient à rappeler que tout était prêt le jour même de la rentrée : des emplois du temps respectant la complémentarité entre les activités périscolaires et scolaires ont été créés pour les 200 élèves d'Uzerche. Si pour les plus jeunes (les 70 élèves de maternelle) l'aménagement du temps de travail consiste surtout en l'observation de temps de repos plus importants ou d'activités calmes, pour les primaires de nombreuses activités ont été mises en place.

Des ateliers variés…
Cette année est naturellement placée sous l'égide du test, de l'observation. Mais pour qu'elle soit la plus objective possible, il était important pour l'équipe en charge de la mise en place des rythmes scolaires de proposer une large palette d'activités périscolaires (APS) aux enfants et qui soient autant que possible complémentaires avec celles du temps scolaire. C'est ainsi que les ateliers de badminton ou de jonglerie n'ont pas lieu les mêmes jours que les cours de sport, par exemple. Pour animer ces ateliers, la municipalité souhaitait s'appuyer sur le tissu associatif local. L'association les Romain Michel, basée à Uzerche et orchestrée par Martin Thérain, a donc pour mission de coordonner 8 intervenants professionnels pour qu'ils mettent en oeuvre de véritables ateliers éducatifs, bien loin de simples plages de récréations supplémentaires. En parallèle, 3 agents municipaux coordonnés par le service scolaire de la ville viennent renforcer cette équipe professionnelle. Car en plus d'alléger le travail quotidien des élèves, ces ateliers sont aussi l'occasion d'offrir à chaque enfant le même accès à des activités culturelles, réduisant ainsi les inégalités sociales. Et Martin Thérain de souligner que "les intervenants sont uzerchois et ont également des enfants pour la plupart. Ils sont donc directement concernés par la réussite de cette aventure. Alors toutes les conditions ont été réunies pour que cela marche… Et ça marche !" Car si les parents ont bien exprimé quelques inquiétudes légitimes en amont de la rentrée, depuis cette dernière, aucune remontée négative n'a été observée par Laurence Gerbe, la Directrice de l'école primaire.
D'ici le mois de juin, les ateliers animés entre autres par Corinne du CRDAP, Nathalie la libraire et tous les autres intervenants, devraient déboucher sur une mise en commun des acquis de ces APS, et pourquoi pas la production d'un spectacle de fin d'année un peu atypique par la croisée des disciplines enseignées : jonglerie, percussions, décoration, théâtre…

… au coût maîtrisé
À ce jour, 70% des écoles du département sont passées aux nouveaux rythmes scolaires et l'intégralité devra l'avoir fait lors de la prochaine rentrée. Et si cela a un coût, de l'ordre de 30.000€ à Uzerche, ce n'est qu'une question de priorités budgétaires. D'autant que l'État alloue une aide de 50€/an et par élève, à laquelle vient s'ajouter une dotation de solidarité rurale de 40€/an et par enfant, pour soutenir les communes qui jouent le jeu. Sophie Dessus, Maire de la ville et Députée de la Corrèze, précise que "pour ce coût raisonnable, les activités périscolaires sont avant tout l'occasion d'offrir aux enfants une ouverture supplémentaire sur le monde avec un pied d'égalité, et d'associer la jeunesse et le monde de la culture. Dans tous les cas, d'offrir un plus aux enfants."

Articles plus anciens



Retrouvez également toute l'actualité d'Uzerche, la Perle du Limousin sur facebook